Le blog de P@pyGilbert

Bienvenue sur mon blog

 
  • Accueil
  • > Dans nos hôpitaux pour lutter contre les infections nosocomiales le cuivre s’invite !

Dans nos hôpitaux pour lutter contre les infections nosocomiales le cuivre s’invite !

L'image “http://www.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L300xH248/aazzz-a6787.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
Dans nos hôpitaux pour lutter contre les infections nosocomiales le cuivre s’invite !

Oubli!… car édité sur Agoravox en juillet 2007

 

 

En voyant la photo qui présente mon article, vous vous demandez quelle mouche à bien pu piquer P@py… il nous parle d’infections nosocomiales… et il nous montre un grand lit en cuivre !

Si on passe sur le premier aspect qui pour certains peut paraître saugrenu, voire insolite, il n’en demeure pas moins que la propriété spécifique du matériau qui compose ce lit, c’est-à-dire le cuivre est le fil conducteur de ce qui suit ! (fil conducteur pour du cuivre, ben P@py là t’es un champion)

Les infections nosocomiales !

Bon redevenons un instant sérieux, et parlons de ce qui vous intéresse, c’est-à-dire comment et de quelle façon le cuivre agit contre les infections nosocomiales ?

C’est une info qui est passée le mercredi 23 mai 2007 à Télématin sur France 2, perso je n’ai pas vu cette émission, mais un membre de ma famille m’en a parlé, et curieux j’ai effectué des recherches sur Google.

En premier sur les maladies nosocomiales :

Sur Wikipédia, sur le site de la Direction générale de la santé, et sur celui du ministère de la Santé (attendre quelques secondes).

Chaque année en France, ces infections touchent près de 800 000 personnes et elles entraînent le décès de 10 000 personnes, d’autres sources indiquent que les infections nosocomiales touchent chaque année près de 750 000 personnes et 4 000 en meurent.

Dans les infections nosocomiales, les principaux agents responsables d’infection sont les bactéries.

Le rôle de ces dernières dans le processus d’infection est à voir ici dans le chapitre l’agent infectieux.

L’une de ces bactéries le Staphylococcus aureus (couramment appelé « Staphylocoque doré » est l’un des microorganismes pathogènes offrant le plus de résistance, il est également nommé : SARM pour Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (Méticilline).

On notera que le staphylocoque doré fut la première bactérie à présenter une résistance à la pénicilline – dès 1947.

Notre pays est le champion de la consommation d’antibiotiques, ce qui induit hélas aussi celui où il y a le plus grand nombre de victimes de bactéries résistantes.

Dans un site déjà mentionné, un paragraphe évoque la surconsommation d’antibiotiques comme étant une des causes de la résistance de plus en plus forte des germes aux bactéricides contenu dans les différents antibiotiques.

Vous pouvez voir également plus bas celui qui a pour titre : l’exemple donné sur le SARM dans les pays scandinaves.

Le rôle très important du cuivre dans cette lutte !

Ceci étant dit, évoquons maintenant l’emploi du cuivre dans la lutte contre ces bactéries !

Sur le cuivre, dans Google j’ai trouvé pas mal d’infos dont celle-ci :

Les Egyptiens de l’Antiquité utilisaient déjà le cuivre pour « stériliser » l’eau et les plaies. (Vous pouvez trouver bien d’autres infos avec ces mots clés : le cuivre et les infections nosocomiales.)

Du cuivre contre les staphylocoques !

L’info principale est que ces recherches ont permis de découvrir qu’une surface de 1 cm2 du cuivre irradie 10 millions de staphylocoques dorés en 90 minutes.

Les résultats montrent que les staphylocoques (les principaux germes responsables des infections nosocomiales) sont totalement inactivés après seulement 1 h 30 sur le cuivre et 4 h 30 sur le laiton (alliage cuivre et zinc : source).

Une autre étude indique que les bactéries ne sont absolument pas affectées par l’acier inoxydable (pages 15 et 16 ).

Actuellement dans les hôpitaux, on discute sérieusement de l’emploi du cuivre en serrurerie (poignées de portes, rampes) et en robinetterie.

Depuis longtemps des études ont montrées que les contacts des mains sur ces surfaces avaient une part active dans la transmission des bactéries responsables des infections nosocomiales.

L’usage du cuivre « quasi pur » réduirait de façon très importante le risque de contamination grâce à ces propriétés bactéricides, voir ici (page 7) , et comme le suggère cet article les hôpitaux ont tout intérêt tant sur le plan financier (réduction des malades à soigner, donc moins d’argent dépensé CQFD) que sur le plan déontologie (moins de décès ou d’invalidités graves) à utiliser le cuivre.

Du cuivre contre la légionellose !

Depuis une trentaine d’années, la bactérie de la légionellose (Legionella pneumophila) sur le plan sanitaire cause bien du souci.

Des études ont montrées que pour combattre cette bactérie le cuivre pouvait être un allié intéressant.

Sur ce sujet, voir la lettre du cuivre voir n° 53, 59 et 65 et ces quatre sites : 1234

Le cuivre en contraception !

Une autre utilisation du cuivre peut surprendre, c’est son emploi en contraception du stérilet ou DIU (Dispositif intra-utérin). Ces stérilets sont en matière plastique (polyéthylène). Ces derniers ont en général la forme d’un T, le cuivre étant apporté par un enroulement de fils de cuivre. Sur certains modèles deux manchons en cuivre sont rajoutés. (Autres modèles de stérilets en cuivre : 123).

Le stérilet en cuivre est également efficace comme contraceptif d’urgence ou « contraception du lendemain » en cas de rapport non protégé ou de viol ) – 12

La propriété contraceptive du cuivre (le cuivre est toxique pour les spermatozoïdes) est signalée ici (voir la rubrique toxicologie) et également sur ces trois sites :123

Le cuivre chez nos anciens !

Nous l’avons vu dans l’Antiquité les Egyptiens utilisaient le cuivre, chez nous jusqu’au début du siècle dernier, nos anciens utilisaient beaucoup ce matériau dans leurs accessoires et autres objets de leurs vies courantes : robinets : 12 , poignets de portes : 123 , ustensiles de toilettes : 12345 , de cuisine :123 , et autres casseroles ou poêles en cuivre : 12 , tous étaient en cuivre ou en laiton. Ainsi, avec tous ces choses nos anciens sans le savoir (pour la plupart d’entre eux) profitaient des vertus du cuivre !

Le paradoxe c’est que maintenant la plupart de ces objets ne sont plus en cuivre mais en inox, et ce métal n’affecte pas la vie des bactéries comme nous l’avons vu plus haut.

Dans quelques temps ne soyez pas étonné de voir dans certains services hospitaliers des infirmières avec un plateau en cuivre à la place de leur classique plateau en inox.

Le retour au source !

Le 16/01/07 Agoravox publiait un de mes articles :

Contre l’épidémie de la gastro et de la grippe, pensez… à vous laver les mains !

Dans une de mes réponses, j’évoquais que le principe actif de l’ail, l’allicine, était maintenant employé comme bactéricide pour le lavage des mains.

Finalement avec de l’ail et du cuivre pour lutter contre ces terribles infections… On peut conclure que parfois en médecine un retour aux sources a du bon !

L’utilisation du cuivre est en constante augmentation, la Chine consomme 22 % de la production mondiale, cette demande constante de cuivre entraîne une inquiétante recrudescence des vols de métaux (même des statues en bronze des monuments aux morts de 14-18 en sont victimes, idem dans les cimetières pour les plaques en cuivre qui ornent certaines tombes, ou bien plus grave comme à l’intérieur de l’hôpital de la Timone à Marseille, ou sur les lignes TGV.

Annexes :

Dans Doctissimo plus d’infos sur les infections nosocomiales, voir ces dossiers : 1234

Les maladies nosocomiales

Gilbert Spagnolo dit P@py

Dans :
Par spagnolo
Le 1 novembre, 2009
A 12:14
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

KIDIKOUA |
Un nouveau départ |
MAIL'TING'POP |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TSTS Hills
| Blog d'Adama
| Sur les chemins avec ma Wil...