Le blog de P@pyGilbert

Bienvenue sur mon blog

 
  • Accueil
  • > Tiens ! l’hiver en France … il y a de la neige sur les routes !

Tiens ! l’hiver en France … il y a de la neige sur les routes !

Tiens ! l’hiver en France …  il y a de la neige sur les routes !  Tiens ! l’hiver en France …  il y a de la neige sur les routes ! dans Non classé 267583179Depuis hier , aux télés et dans les journaux on nous parle des routes bloquées à cause de la neige ! Quand je lis ou que j’entends cela, je ne peux m’empêcher de sourire,.. et je vais vous dire pourquoi !  Les conditions de la circulation hivernale je connais  un peu. Premièrement de 1967 à 1982, j’ai demeurais en montagne Bourbonnaise à 820 d’altitude, et j’ai fais la route tout les jours pour aller prendre mon service, faut dire que j’étais équipé une 2cv Citroën, et plus tard une  méhari.    Toutes deux étaient munis de  4 pneus cloutés, plus une paire de chaînes à neige.  (Ma Méhari  était verte, c’était le premier modèle celui qui avait les portes en toiles , et les spécialistes remarqueront que les clignotants arrières  étaient sur les cotés). De 1967 à 1970, j’ai été motard à
la CRS n° 34 de Roanne (42 ) l’hiver nous avions une patrouille de nuit  ( 20h x 6 h  ) c’était la patrouille état de routes pour France inter. 
Nous patrouillons à deux  avec une vieille 403 Peugeot  break de couleur blanche ( même que sur le siége conducteur les ressort étaient apparents et qu’il fallait prendre une couverture pour ne pas déchirer notre pantalon , heureusement que depuis le parc auto à bien évolué )  Quand il y avait de la neige, nous montions une paire de  pneus cloutés, et nous avions une paire de chaînes à neige  dans le coffre. 
L’itinéraire c’était
la R.N. n° 7  en partant de la compagnie ( qui est implantée à Mably ) nous allions en direction du Nord ( Moulins/Paris  ) faire une reconnaissance sur la côte Boignet  , sur
la R.N. 7, c’est une petite portion ( 800 m environ ) montante  qui se situe entre
La Pacaudière et Saint Martin d’Estreaux. 
Quand il y avait de la neige ou du verglas, c’est là que les poids lourds patinaient , et à cette époque
la DDE déposée à intervalles réguliers ( assez courts finalement ( 10,  20 mètres eh ! c’est loin ses souvenirs ) des petits tas de gravillons, et bien au cours de ces patrouilles de nuits que de coups de  pelles nous avons donnés moi et mon équipier. 
Une fois la reconnaissance de ce secteur faite, nous passions au commissariat de Roanne pour téléphoner à Paris à France Inter pour dire dans quel état était la route. 
Ensuite, direction Sud sur Lyon jusqu’à Tarare la ville qui est située en bas du Col du Pin Bouchain    Le Pin Bouchain est un col à 760 m d’altitude , si ce dernier est agréable en belle saison,dans cette région l’hiver et bien  c’est une autre affaire ! Si un jour vous passez par ce  col, arrêtez vous à l’auberge qui est au sommet, vous pourrez  ainsi voir un tableau qui narre une anecdote pittoresque  quand l’empereur à déjeuné dans cette auberge ! Ceci étant dis,  revenons à notre patrouille, donc en repartant de Roanne, il nous fallait  monter au Col du pin Bouchain pour informer France inter de son état. En bordure de route, là aussi
la DDE avait déposée des tas de gravillons,  à 
 noter que dans le coffre de notre 403, à notre initiative, nous embarquions deux pelles et deux  sacs de gravillons, en plus ces derniers faisaient office de lest pour les roues motrices da
la Peugeot qui est une voiture à  propulsion ( roues arrières motrices )     

Nous avons souvent « jardinés » dans la neige,pellés moult fois, pour notre voiture ou pour aider d’autres véhicules surtout les poids lourds, car à cette époque l’hiver  et de nuit, les voitures de tourismes se faisaient rares.   Un fois le col passé à Tarare la ville située en bas de ce col , nous allions au commissariat pour téléphoner ( entre 3 et 4 heures ) à France Inter et rendre compte de l’état de la route !  Bon c’était il y à 40 ans,et à cette époque pas mal de camions étaient équipés de chaînes à neige !   1  -  2   Maintenant  le monde du poids lourd veut être rapide, et de plus en plus ce dernier est géré par des financiers, seul compte la rapidité et le moindre coût, terminer l’époque où le patron disait à son ou ses chauffeurs  de prendre des chaînes pour circuler  l’hiver, cde qui fait que la plupart des poids lourds ne sont plus équipés d chaînes, résultat le voila !  070123194042.n77hxhnw1_camions-immobilises-sur-l-a20-enneigee--le-23-janvb dans Non classé.  Voir sur le site du Ministère des Transports, les équipements  hivernaux Les chaînes à neige :  Ces équipements hivernaux sont amovibles et montés manuellement autour des pneumatiques.
Les chaînes sont des équipements obligatoires dont les usagers doivent être munis pour circuler sur les sections de routes délimitées par le panneau B36 « Chaînes à neige obligatoires » fin de section B44 Les chaînes à neige pour la circulation routière des véhicules doivent répondre aux prescriptions contenues dans l’arrêté du 18 juillet 1985. Sur un plan réglementaire leur utilisation est interdite sur route sèche et il est recommandé de rouler doucement. Il n’est donc pas nécessaire d’équiper les quatre roues, compte tenu de la vitesse d’utilisation. Actuellement, les chaînes se répartissent en deux catégories : à échelles
 à croisillons.
Il existe des systèmes de montage rapide (sans déplacement du véhicule) largement préférable au système classique. D’autres principes (snowgrip ou araignée)ne sont que des moyens de secours pour se sortir d’un mauvais pas et qui ne peuvent être utilisés pour circuler sur une section de route délimitée par un panneau « chaînes à neige obligatoire »
Maintenant  avec  chaînes automatiques dites également «  à fouet tournant » ,  sur un camion, le chaînage est une opération plus aisée et bien moins pénible, car ces équipements qui sont généralement utilisés par les poids lourds, sont  embrayables et débrayables depuis la cabine, ce système  assure la circulation d’un tapis de chaînons sur l’aire de contact entre le pneu et la surface routière. 

Ces chaînes se composent d’un galet sur lequel sont fixés les chaînons. Ce dispositif peut se mettre en place depuis la cabine en appuyant sur un bouton, qui, par l’intermédiaire d’un vérin pneumatique, presse le galet porte-chaînes conte le flanc du pneu du camion. Le galet est entraîné en rotation par la roue du véhicule et, sous l’effet de la force centrifuge, les chaînons viennent s’interposer entre la surface routière et l’aire de contact du pneu, la marque Beka est leader en la matière. 

Enfin, outre la couverture, les gravillons et la pelle,  les chaînes, la chaussette à neige, les pneus neige dit : snowgrip,  dégonfler légèrement les pneumatiques,  il excite également une autre façon de se tirer d’une mauvaise posture  dans la neige, ça ressemble à un gag du 1er avril, la chaîne à neige en tube !!!!  

D’autres types de chaînes à neige: 12 – Gilbert Spagnolo dit  P@py 

 Rajout du:19/12/07

 

« Si un jour vous passez par ce  col, arrêtez vous à l’auberge qui est au sommet, vous pourrez  ainsi voir un tableau qui narre une anecdote pittoresque  quand l’empereur à déjeuné dans cette auberge !!! » 

 

Et bien pas de chance, je suis passé cet été au col du Pin Bouchain,… et l’auberge est définitivement fermée, et le tableau a été vendu ! 

.. et en descendant le col en direction de Tarare, .. j’ai même retrouvé le virage, ou nous avons glanés  quelques sous pour l’administration ! 

 

A l’époque la vitesse n’était pas limitée, et les voitures n’avaient pas la tenue de route de celles de maintenant, .. et parfois en montant, certains conducteurs se faisaient surprendre par ce virage ,.. et chevauchaient la ligne continue ( jaune à l’époque ) 

Pour ceux qui reconnaissaient l’infraction, c’était juste un rappel  payant quand même du code de la route c’est-à-dire une amande forfaitaire de 30 francs pour droite non tenue ( article R. 4 du C.R. ) 

Article R.4 : En marche normale, le conducteur doit maintenir son véhicule ou ses animaux prés du bord droit de la chaussée, autant que le lui permet l’état ou le profil de celle ci. 

En majorité tous étaient d’accord, car le franchissement d’une ligne continue était bien plus élevé , et en prime il y avait la posibilité d’une  suspension du P.de C. (article  R 412-19 du code de la route 

 

Le fameux virage 

http://apu.mabul.org/up/apu/2007/12/19/img-qwa3q6l5nt0.jpg.html 

 

la petite route à gauche  ou se tenait « le comité d’accueil »,… et ou  l’en faisait stopper les contrevenants   

http://apu.mabul.org/up/apu/2007/12/19/img-wa1tmx65n9a.jpg.html 

 

@+ P@py 

 

Dans :
Par spagnolo
Le 24 janvier, 2007
A 18:33
Commentaires : 4
 

4 Commentaires

  1.  
    Heiby
    Heiby écrit:

    Depuis plus de 20 ans je suis traductrice indépendante, p.ex. de documentations techniques et de brochures d’entreprise d’allemand vers le français. Internet est devenu le lieu privilégié où on trouve tout, à l’instar de la Samaritaine il n’y a pas si longtemps…
    Dans ce contexte, j’ai pu accéder à partir de Google à de précieux renseignements sur les « chaînes automatiques à fouet tournant » de votre texte du 24.01.2007. Merci et meilleures salutations du fin fond d’une forêt de Franconie.

  2.  
    patrick
    patrick écrit:

    Tiens, j’ai été moi aussi motard à cet endroit, mais de 1984 à 2009 (fermeture)
    Au plaisir de te rencontrer

  3.  
    spagnolo
    spagnolo écrit:

    Salut Patrick,

    M..zut j’ai effacer par mégarde ton adresse mail, et comme je désire t’en faire un, alors STP fais moi juste un petit mot sur mon blog pour que je le récupère.

    @+P@py

  4.  
    patrick
    patrick écrit:

    Bonsoir p@py ( si je peux me permettre)
    voilà mon adresse mail à nouveau…
    A plus tard…

Répondre

 
 

KIDIKOUA |
Un nouveau départ |
MAIL'TING'POP |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | TSTS Hills
| Blog d'Adama
| Sur les chemins avec ma Wil...